web analytics

Test de PowerDirector 13 Ultra

Cyberlink PowerDirector 13 Ultra

Voir ou acheter ce produit sur Amazon


Logiciel de montage vidéo avancé accessible aux débutants

PowerDirector 13 Ultra

Déjà très satisfait du logiciel de montage vidéo PowerDirector 12 Ultra que j’utilise pour mes productions amateurs, voici la toute nouvelle version PowerDirector 13 Ultra.
Il est le compagnon idéal pour créer des vidéos de qualité (y compris en résolution 2K et en 4K) de manière avancée, des disques au format DVD ou Blu-ray (avec système de chapitres, de menus et de sous-titres). On peut aussi publier / exporter le rendu final directement sur les sites de réseaux sociaux les plus populaires : Facebook, Youtube, Dailymotion, Viméo et Youku.
Les débutants ne seront pas déroutés grâce à son éditeur facile en quelques clics.

Pour améliorer et styliser vos productions vidéo jusqu’à obtenir un résultat quasi-professionnel, il est fourni avec tout un tas d'outils, de modèles, de diaporamas, de chambres de transition, de particules, de titres, de menus, de cadres, d’objets d'animations, d’enchaînements spectaculaires et une centaine d'effets spéciaux visuels comme des reflets d'eau, des halots, des quadrillages, des titres d’intro animés ou des flous.

Même si le logiciel est plutôt gourmand, il est optimisé par rapport à son prédécesseur grâce à son accélérateur matériel TrueVelocity 4. Il en devient bien plus fluide. Notez qu’une configuration multimédia relativement puissante (surtout au niveau du processeur, de la carte graphique et du disque dur) est vivement conseillée pour un travail confortable et sans lenteur.

PowerDirector 13 Ultra inclut le service web gratuit DirectorZone qui permet de rechercher et de rapatrier des modèles de thèmes, des objets PiP, des animations de peintures, des modèles de titres, des objets particules, des clips sonores et des menus de disques créés et partagés par les autres utilisateurs de CyberLink PowerDirector.

De plus, il intègre un espace dédié CyberLink Cloud de 10 Go (gratuit pendant 12 mois) pour charger, télécharger et stocker sur les serveurs de la firme, l’ensemble de ses préférences et de ses paramètres, ainsi que ses fichiers de travail (les projets PowerDirector, les effets et modèles, les clips vidéos produits, etc.). Si vous souhaitez acquérir un plus grand espace de stockage ou continuer d’utiliser le service Cloud après les 12 mois, il faudra passer à la caisse via un abonnement payant.


Le menu de démarrage propose un éditeur facile pour les débutants

L’interface

Du point de vue de l’ergonomie générale, le logiciel est excellent. Il est rapide et très facile à prendre en main, même pour un débutant qui arrivera à un travail correct rapidement.

L’interface de travail se présente soit sous la forme d’un storyboard, soit d’une ligne de scénario temporaire (chronologie visuelle) et on y place plusieurs pistes audio, vidéo, d'effets, etc. Ces pistes accueilleront vos contenus multimédia grâce à l’utilisation d’une bibliothèque, à l’importation de fichiers ou par glisser-coller. C’est très simple à assimiler, c’est le même fonctionnement que dans les autres logiciels d’animation ou de création comme Adobe Premiere, Adobe Flash, Cakewalk Sonar ou Steinberg Cubase.


L'interface de travail de PowerDirector 13

Les fichiers supportés

Hormis la non-prise en charge des fichiers audio Flac (c’était déjà le cas dans la version 12), PowerDirector 13 Ultra gère la grande majorité des fichiers multimédias, y compris les Powerpoint :

  • Vidéo : MKV, DivX, HD MPEG-2, DVR-MS, DV-AVI, DAT, MPEG-1, MPEG-2, VOB, VRO, ASF, WMV, WMV HD, MOV, MOD, TOD AVCHD, MPEG-4, AVC (H.264), MKV (H.264), .ts, .mts, .m2ts, WTV (single channel), FLV (H.264), M4V (H.264), DVR-MS, M2TS, M2T, TPD, TRP et GIF.
  • Audio (prise en charge Stéréo et Dolby 5.1) : M4A, WAV, WMA, OGG et MP3.
  • Image : JPEG, TIFF, BMP, GIF, Canon/Nikon image RAW file, PNG, NEF, ARW, DNG, ERF, KDC, ORF, PEF, RAF, RW2, SR2, SRF, NRW, MRW, MPO, JPS.
  • PowerPoint : PPT et PPTX.

Une fois le travail fait, on peut exporter le projet final sous plusieurs formats :

  • AVI :
    • DV-AVI (720x480 et 60i 25Mbits et 720x576 50i 25Mbits) et Windows-AVI.
    • MPEG-2 (de 320x240 à 1920x1080 avec un débit maxi compris entre 1 et 25Mbits).
    • Windows Media Vidéo 9 (320x240/30p 300 Kbits à 4K 4096x2160/30p 20Mbits).
    • QuickTime (160x90 900kbps à 1920x1080 32Mbps et de 1 à 30 fps).
    • H.264. AVC avec conteneur M2TS, MP4 et MKV (320x240 24p 384Kbits à 4096x3072 60p 200Mbits).
    • H.265.HEVC (expérimental) avec conteneur M2TS, MP4 et MKV (320x240 24p 192Kbits à 4096x3072 60p 128Mbits).
  • XAVC S (1280x720 à 3840x2160 et de 6Mbits à 48,5Mbits).
  • Audio Windows Media Audio 8 (Mono 28.8 Kbps à Meilleur qu’une qualité CD 128 Kbps).

Contenu de la version boite

La version matérialisée (en boîte) comporte :

  • 1 DVD contenant le logiciel PowerDirector 13 Ultra.
  • 1 DVD intégrant le contenu Premium. Celui-ci comporte les nouveaux effets (74 PiP, particules, médias), les modèles (22 concepteurs de thèmes, styles magiques, 122 titres et menus). Il installe également QuickTime 7 et SmartSound.
  • Un mini guide de démarrage rapide en français de quelques pages.
  • Une brochure pour télécharger des applications gratuites de CyberLink (PhotoDirector Mobile, PowerDirector Mobile, YouCam Snap, YouCam Perfect, YouCam MakeUp et ImageChef).
  • Une autre brochure pour récupérer une copie de sauvegarde gratuite du logiciel et participer à un sondage en ligne pour obtenir gratuitement YouCam 5 (valeur en magasin : 44,99 €).

Le manuel complet de PowerDirector 13 est uniquement disponible sur le premier DVD sous forme de fichiers PDF (un pour chaque langue supportée). Pour rappel, la version précédente intégrait ce guide en édition papier dans son intégralité (mais uniquement en anglais).

Les nouveautés

Par rapport à PowerDirector 12 Ultra, voici les principaux ajouts de fonctionnalités :

  • L’accélérateur matériel TrueVelocity 4.
  • La prise en charge des formats vidéo H.265 HEVC et XAVC S et audio ALAC.
  • La prise en charge de QuickTime avec alpha (PNG animés).
  • La création et l’édition des transitions alpha.
  • La synchronisation directe de plusieurs clips vidéo et audio dans la ligne de scénario en synchronisant l’audio.
  • Un stabilisateur amélioré pour ses clips vidéo.
  • L’importation de photos plus rapide et prise en charge de plus d’appareils photo.
  • La modification de la transparence, de la rotation, de la position et de la taille (la mise à l’échelle) du texte du titre à l’aide d’images clés (dans le même ordre d’idée qu’Adobe Flash).
  • L’amélioration de la convivialité et des programmes avec recherche dans les bibliothèques multimédias et des projets réutilisables.
  • Un mixage sonore plus simple avec des vumètres audio.
  • La création de disque flexible pour créer plus facilement des menus de disques personnalisés.
  • L’export de ses productions sous la forme d’images disque (ISO) DVD ou Blu-ray.
  • La gravure des galettes Blu-ray avec le profil vidéo Full HD (50p / 60p).
  • La publication sur le réseau social chinois Youku (franchement inconnu ici en France).


Création d'une ainmation complexe avec les outils fournis

Les défauts

Bien que possédant une tonne de qualités, PowerDirector 13 Ultra comporte quelques problèmes et certains défauts :

  • Impossible d’organiser les pistes sous forme de sous-dossiers, plus pratique pour regrouper les éléments similaires, les mêmes informations ou pour masquer un ensemble de pistes obsolètes en même temps.
  • Obligation de travailler soit en 4:3 soit en 16:9. Bonne chance si vous comptez produire dans des formats plus exotiques comme le 17:9 (le vrai format 4K -et non le 4K UHD-, utilisé dans le cinéma numérique et le montage vidéo), 21:9 (CinémaScope – pour certains films), 5:4 (mini DV) ou le 16:10.
  • Pas de gestion des fichiers sonores Flac, alors que contrairement au mp3 supporté, ce type de fichier audio est sans perte et est donc bien plus adapté à un montage multimédia de qualité HD
  • Peu de nouveautés spectaculaires par rapport à la version précédente.
  • Conclusion

    Je conseille CyberLink PowerDirector 13 Ultra, logiciel de montage vidéo puissant pour sa prise en main rapide et son assistant pour les débutants et les possibilités de montage avancées pour les utilisateurs plus exigeants ou habitués avec ce genre de programme. Il possède le meilleur rapport qualité-prix par rapport à ses concurrents, mais loin d’égaler la référence Adobe Premiere.

    Si vous possédez déjà PowerDirector 12 Ultra, je ne pense pas que payer pour passer à la version 13 soit vitale, hormis si vous exigez une meilleure fluidité dans votre travail intensif. Pour les monteurs occasionnels heureux de la 12, ne dépensez pas votre argent dans cette mise à jour.

    EDIT : Une mise à jour à télécharger datée du 23/12/2014, a corrigé plusieurs bugs du logiciel notamment un problème avec tous les fichiers AVI de type Divx qui, importés, étaient retournés à 90° dans la fenêtre d’aperçu. Il est vivement conseillé d’installer cette mise à jour et les suivantes.

    Je recommande

    • Le mode simple en quelques clics
    • Les modèles et effets fournis
    • 2K et 4K supportés
    • L’accélérateur matériel TrueVelocity
    • Optimisée et plus fluide que PD 12
    • L’espace Cloud 10 Go gratuit pendant 1 an
    • Support du H.265 HEVC
    • La documentation PDF très complète

    A améliorer

    • Peu de nouveautés par rapport à la version précédente
    • Fichiers Flac toujours non supportés
    • Rangement par sous-dossiers impossible

    Ma note

    9/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.